Nos Recherches

Notre programme de recherche a un large champ d'application et s'appuie sur les neurosciences pour éclairer les interventions précoces auprès des jeunes qui en ont besoin. À cette fin, nous adoptons une approche pragmatique : nous utilisons tous les outils disponibles et collaborons avec des équipes interdisciplinaires de parties prenantes, y compris des personnes ayant une expérience vécue de la santé mentale, leurs familles et leurs soignants. Le Centre se concentre non seulement sur la recherche pour générer de nouvelles connaissances, mais aussi sur l'application directe de ces connaissances dans la prestation de services de santé mentale pour les jeunes et sur la formation d'une nouvelle génération de cliniciens, de chercheurs et de travailleurs de soutien ayant une expertise en matière d'expérience vécue.

Étude du développement Comportemental, des résultats à Long terme et des Opportunités pour optimiser les trajectoires de Santé mentale des jeunes(ÉCLOS)

Nous mettons en place une cohorte de jeunes et de familles confrontés à l'adversité, qu'ils recherchent ou non de l'aide, qui seront suivis à long terme afin d'évaluer l'évolution du fonctionnement et les voies d'accès aux soins. Cela nous permettra de mettre en place une vaste cohorte à plusieurs niveaux et de recueillir des données rigoureuses au niveau des individus, des familles et des services sur une base longitudinale. L'objectif est de nous aider à prévenir et à mieux évaluer l'apparition de problèmes mentaux chez les jeunes, ainsi qu'à améliorer l'accès aux soins spécialisés en cas de besoin. 

Le recrutement des participants à cette étude commencera bientôt, en attente d'approbation éthique.

Voir la page web complète ici

Cette étude est soutenue par la Fondation RBC, Medavie-Croix Bleue, la Fondation Mirella et Lino Saputo et la Fondation Molson. Pour plus d'informations, veuillez contacter la gestionnaire du projet, Céline Villemus, at celine.villemus.comtl@ssss.gouv.qc.ca ou info@ceymh-cesmj.ca.

IMG_4731
Bien plus que des mots (MOTS+) : Un outil de détection des rechutes basé sur les productions verbales

Ce projet mené sur trois sites (Montréal et la ville de Québec QC et London ON) permettra de recueillir systématiquement des données vocales en français et en anglais auprès de personnes atteintes de psychose afin d'identifier des marqueurs vocaux susceptibles d'avertir les patients, les familles et les cliniciens de la récurrence de la psychose (c'est-à-dire de la rechute) un mois à l'avance, sur la base de caractéristiques uniques dans le discours du patient. En collaboration avec les patients et les prestataires de soins, nous jetterons également les bases du développement d'une voie de mise en œuvre clinique numérique pour la prévention des rechutes. Ce projet fournira des informations essentielles sur la manière dont nous pouvons exploiter la technologie de la parole pour répondre à la demande croissante de soins de santé mentale de qualité pour les psychoses à l'échelle de la province et du pays.

Le recrutement des participants à cette étude à Montréal, la ville de Québec, et London ON commencera bientôt. 

Cette étude est financée par les Fonds de recherche Québec – Santé  Initiative stratégique pour la santé mentale, Instituts de recherche en santé du Canada - Stratégie de recherche axée sur le patient, et Wellcome Trust. 

Pour plus d'informations, veuillez contacter info@ceymh-cesmj.ca ou lisez notre article de synthèse en accès libre dans Schizophrenia Research ici

IMG_1083
Programme de magnétoencéphalographie dans la psychose (MEGPSY) : Régularité temporelle de l'activité neuronale et sa relation avec les symptômes psychotiques

La schizophrénie affecte à la fois la compréhension et la production verbale. Les patients produisent des mots et des phrases bizarres, hors contexte et imprévisibles, ce qui entraîne un échec de la communication. Il est donc nécessaire de comprendre les mécanismes neuronaux à l'origine de cette anomalie et leur relation avec ces symptômes. MEGPSY propose une étude combinée de bio-imagerie et d'analyse de productions verbales visant à étudier le rôle du cerveau dans les problèmes de communication chez les personnes vivant avec la schizophrénie. Cette recherche implique l'examen de productions verbales, des schémas de pensée et des symptômes, ainsi que l'enregistrement de l'activité cérébrale à l'aide de l'imagerie biologique et de l'analyse du cerveau par Mmagnétoencéphalographie (MEG) et Mimagerie par résonance magnétique (IRM). 

Nous recrutons actuellement des participants pour cette étude.

Pour connaître les critères d'éligibilité et obtenir de plus amples informations, veuillez consulter les brochures suivantes :

Volontaires : MEGPSY Recruitment Flyer_HC_FR & EN

Cette étude est financée par le programme de collaboration du Centre d'imagerie cérébrale McConnell et le Réseau de bio-imagerie du Québec. 

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez participer, veuillez contacter nadia.zeramdini.comtl@ssss.gouv.qc.ca.

IMPLEMENT – Efficacité de la stimulation magnétique dans le traitement des symptômes négatifs de la schizophrénie

SMTr – Stimulation magnétique transcrânienne répétitive – est un nouveau traitement non invasif, sûr et relativement rapide à administrer. Il est actuellement approuvé par Santé Canada pour les personnes souffrant de dépression. Elle fonctionne en délivrant de courtes impulsions magnétiques qui stimulent des régions spécifiques du cerveau, renforçant ainsi la connectivité cérébrale et améliorant la communication entre les différentes régions du cerveau. Dans cette étude, nous cherchons à savoir si la SMTr peut contribuer à réduire les symptômes négatifs associés à la psychose (par exemple, le repli sur soi, le manque d'émotion ou d'intérêt). Cela pourrait constituer une nouvelle option thérapeutique pour les personnes présentant des symptômes négatifs, car la plupart des traitements actuels de la schizophrénie, tels que les médicaments, ciblent les symptômes positifs et n'ont aucun effet sur les symptômes négatifs.

Nous recrutons actuellement des participants pour cette étude Pour connaître les critères d'éligibilité et obtenir de plus amples informations, veuillez consulter la brochure suivante : Implement rTMS Brochure EN & FR

Pour visionner la vidéo de notre étude, veuillez cliquez ici

Pour toute question ou demande de renseignements, veuillez contacter Nadia Zeramdini, coordinatrice de l'étude de recherche, à l'adresse suivante nadia.zeramdini.comtl@ssss.gouv.qc.ca, info@ceymh-cesmj.ca, ou (438) 350-1721. 

Cette étude est soutenue par Horizon Europe et les Instituts de recherche en santé du Canada.

1000003766
Communication désorganisée et dysfonctionnement social dans la schizophrénie : Une étude neurocomportementale

Le handicap social associé à la schizophrénie affecte considérablement la qualité de vie des patients, mais les traitements actuels n'ont qu'un succès limité dans la résolution de ces problèmes. Cette recherche étudie les mécanismes sous-jacents du dysfonctionnement social dans la schizophrénie, en se concentrant sur le lien inexploré entre la communication désorganisée et l'interaction sociale. Cette étude utilise une technologie d'imagerie multi-cerveaux appelée hyperscanner pour évaluer l'activité cérébrale et corporelle au cours d'échanges sociaux en temps réel chez des personnes atteintes de schizophrénie. Cette recherche explore le rôle de la synchronisation à la fois neuronale et comportementale entre les personnes qui interagissent afin de fournir une compréhension globale de la façon dont la communication est perturbée. En fin de compte, cette étude vise à transformer la façon dont le handicap social est abordé, ouvrant la voie à des stratégies de diagnostic et de traitement plus efficaces pour améliorer la qualité de vie des patients.

Le recrutement des participants à cette étude commencera bientôt.

Cette étude est soutenue par Healthy Brains, Healthy Lives et la Fondation canadienne pour l'innovation. Pour plus d'informations, veuillez contacter
emmanuel.olarewaju@mail.mcgill.ca ou info@ceymh-cesmj.ca

Language (1)
Traitement du langage naturel pour détecter l’état mentale de l’infusion répetitive IV du Kétamine sous-anesthésique dans la dépression bipolaire et unipolare: une étude pilote

L'étude sur le langage et la kétamine (LaKe) est une étude de recherche qui examine les effets de la kétamine sur le langage et la communication. Les participants à cette étude auront été préalablement référés à la Clinique de kétamine du Douglas pour recevoir un traitement. Le traitement à la kétamine est généralement bien toléré et extrêmement sûr lorsqu'il est administré avec les précautions appropriées. Il peut produire un état de conscience temporairement altéré appelé " état dissociatif ". Nous pensons que cet état peut avoir un effet temporaire sur la parole et nous souhaitons examiner ces changements à l'aide d'enregistrements de tâches vocales et d'un entretien semi-structuré.

Le recrutement pour cette étude est limité aux patients de la Clinique de kétamine de l'Hôpital Douglas.

Cette étude est soutenue par Healthy Brains, Healthy Lives. Pour plus d'informations, veuillez contacter l'assistant de recherche, farida.zaher@mail.mcgill.ca, ou  info@ceymh-cesmj.ca

DISCOURSE in Psychosis - Une initiative mondiale qui étudie les troubles de la pensée, du langage et de la communication dans la psychose

DISCOURSE est un consortium de recherche regroupant plus de 210 chercheurs du monde entier, dont l'objectif est d'étudier la parole et le langage chez les personnes atteintes de psychose. L'un des principaux symptômes de la psychose et de la schizophrénie est l'incapacité à communiquer clairement, qui peut se manifester de diverses manières, comme l'incapacité à développer un discours orienté vers un objectif ou la pauvreté de la qualité du discours. Les mesures étudiées par ce groupe comprennent les taux de rechute, les caractéristiques cliniques et la cognition, qui sont mesurées à la fois dans des groupes de contrôle et des groupes de patients en bonne santé psychiatrique. 

Le protocole DISCOURSE est utilisé dans plusieurs de nos études, notamment IMPLEMENT, LAKE, MOTS+, MEGPSY et ÉCLOS/BLOOM. 

Ce consortium est soutenu par Horizon Europe, le Wellcome Trust et le Tannebaum Open Science Institute. Pour plus d'informations, visitez le site le site